Chirurgie varices au laser

JPG - 68.4 ko

Informations médicales :
Les varices sont des veines superficielles anormales : la circulation sanguine se fait à contre sens, du haut vers le bas, car les valves qui doivent éviter ce reflux sont incontinentes. Ce reflux de sang entraîne une dilatation des veines et de leurs branches. Cela touche notamment les veines grandes saphènes, petites saphènes, et saphènes antérieures.
C’est une maladie très fréquente, génétique, qui touche plus les femmes que les hommes, et qui peut être aggravée par les grossesses,l’obésité,la sédentarité, la station debout prolongée, l’exposition à la chaleur (hammam, sauna...)
C’est une maladie bénigne mais qui peut entrainer des complications si elle n’est pas traitée :

  • Les phlébites ou thromboses superficielles qui peuvent s’étendre vers le réseau veineux profond. Le caillot de sang remonte vers les poumons et entraine une embolie pulmonaire qui nécessite hospitalisation voire réanimation.
  • A un stade évolué de la maladie variqueuse, on peut avoir des complications cutanées : eczéma variqueux, dermite ocre, et même des ulcères chroniques.

Traitement des varices :

  • Traitement médical :
    • compression élastique
    • veinotoniques et pressothérapie
    • sclérothérapie
    • laser pour les varices réticulaires et les varicosités
  • traitement chirurgical :
    • veinotomie ou phlébectomie ambulatoire  : On extrait des veines variqueuses de petit à moyen calibre par des crochets en réalisant des incisions millimétriques sous anesthésie locale.
    • Phlébectomie de Muller : au bloc opératoire, sous anesthésie locale ou par bloc correspondant à la zone concernée (anesthésie loco-régionale).Acte chirurgical des varices récidivantes ou des varices accessoires du membre inférieur.
    • Stripping ou éveinage : chirurgie conventionnelle, réalisée dans 80% des cas en France contre 20% dans les pays anglo-saxons et en Allemagne. Prise en charge par la Sécurité Sociale, elle consiste à éradiquer le réseau veineux superficiel dilaté, sous anesthésie générale. Les suites opératoires classiques sont : douleurs, hématomes sur le trajet d’éveinage, arrêt de travail de 1 à 3 semaines, port de contention pendant 2 à 3 semaines.
    • Chirurgie par voie endoveineuse , en ambulatoire. Elle se pratique au bloc opératoire sous anesthésie par bloc fémoral pour la grande veine saphène, et par bloc poplité pour la petite saphène. Les techniques proposées sont le laser endoveineux et la radiofréquence, validées par la Haute Autorité de Santé. La radio-fréquence est depuis peu remboursée par la Sécurité Sociale et les mutuelles. Le laser Endo-veineux est en cours de validation auprès de la CPAM. Les mutuelles prennent cependant en charge tout ou partie de l’intervention. Le coût varie de 300 à 500 € pour le laser et de 700 à 800€ pour la radiofréquence. Ces deux méthodes donnent d’excellents résultats. Les avantages sont multiples : pas de crossectomie, peu ou pas douloureux, reprise immédiate du travail, port de contention pendant une semaine. C’est un acte chirurgical reconnu par la Sécurité Sociale, réalisé au bloc opératoire, soit sous anesthésie locale tumescente (à l’aide de serum physiologique et de xylocaïne injectés le long du trajet de la veine à traiter) ou sous anesthésie loco-régionale (par bloc fémoral ou par bloc poplité selon les veines).
      Une fibre optique est introduite au niveau de la malléole,elle est conduite le long de la paroi interne de la veine (intima-media) et libère une énergie thermique, fournie par un générateur et calculée par l’opérateur expérimenté. L’effet obtenu est l’occlusion, la rétraction et la fibrose de la veine. Il s’agit d’un processus irréversible.

Remarques sur la chirurgie au Laser Endoveineux :
Cette technique est apparue à la fin des années 90 et évolue de façon régulière depuis : évolution technologique majeure des sondes et des générateurs, ce qui permet d’excellents résultats thérapeutiques et de confort pour les patients : pas de douleur, pas d’arrêt de travail, pas de récidive.
Les nouvelles données de l’imagerie médicale ont révolutionné l’exploration diagnostique des patients variqueux, permettant de réaliser une cartographie complète et précise, anatomique et hémodynamique du réseau veineux des membres inférieurs.

Aussi, de nouvelles techniques de traitement sont apparues, dont les résultats à 5 ans nous obligent à reconsidérer les principes de l’opération de BABCOCK réalisée il y a plus d’un siècle (1906). Il convient de remettre en cause la crosectomie-éveinage (ou stripping) car seuls 55% des cas présentent un reflux ostial, et et que cette technique entraine des complications de type néovascularisation et de récidive dans 40 à 70% des cas à 5 ans.

De plus, les résultats des nouvelles techniques à 5 ans de traitement des troncs saphéniens par voie endoveineuse renforcent ce point de vue : elles permettent d’obtenir une obturation du tronc avec un moignon inguinal non refluant qui assure le drainage physiologique des veines collatérales inguino-abdominales.
Le but des nouvelles techniques est d’éviter les complications précoces et tardives et les douleurs post-opératoires, permettant au patient une reprise rapide de son activité professionnelle.

Cette technique s’adresse aux :

  • Varices par reflux tronculaire avec ou sans insuffisance ostiale
  • Varices à diamètres importants
  • Dédoublement tronculaire de la GVS (grande veine saphène)
  • Anévrisme tronculaire, tortuosité tronculaire non marquée.
  • Varices de la veine saphène antérieure

Remarques sur la chirurgie par radiofréquence
La radiofréquence est une technique non invasive pour le traitement des varices des membres inférieurs, apparue dans les années 2000.

  • Elle consiste à traiter les varices des veines grande et petite saphène par l’intérieur.
  • Le principe thérapeutique est de supprimer le reflux sans extraire la veine, par chauffage de la paroi veineuse à 120°C, avec une fibre ou sonde de radiofréquence introduite dans la veine sous guidage échographique au niveau de la jambe et jusqu’à la crosse de la veine saphène. Puis on traite la veine malade par segments de 7 cm en retirant la sonde, jusqu’au lieu de la ponction. Le contrôle thermique est assuré par du matériel dédié à cette technique. Cette chaleur entraîne une thermofusion de la veine qui sera occluse et va se résorber progressivement.
  • Le traitement par radiofréquence est réalisé en ambulatoire, sous anesthésie locale par bloc fémoral ou poplité selon la veine à traiter, complétée par une tumescence périveineuse par sérum (bicarbonate + xylocaïne) pour protéger la peau et le nerf saphène.
  • La radiofréquence est prise en charge par la Sécurité Sociale.
  • Suites opératoires :
    • peu ou pas de douleur.
    • reprise du travail entre 48h et 4 jours
    • activité sportive, piscine, voyages possibles dès le 2ème jour
    • Il n’y a pas de complications (très rares)

Dans le traitement des varices par voie endoveineuse, on ne réalise pas de crossectomie. Pour les varices des veines saphènes accessoires, on réalise des phlébotomies ou de la sclérothérapie.

PDF - 1.8 Mo
radiofréquence
 

PortFolio